Histoire de la tomette de Salernes

Les prémices de l’activité céramique

Atelier de tomettes à Salernes.

Salernes, village du Haut Var, est réputé depuis le début du xixe siècle pour sa production de carrelage rouge hexagonal appelé : « tomette ». Originellement, le village était basé sur une économie agricole. On produisait de l’huile, du vin, des figues, du blé, des haricots, des melons et des pêches. On trouvait également des filatures de soie, des fabriques de chapeaux et de draps grossiers.

Dès la fin du xviiie siècle, les habitants de Salernes ont commencé à exploiter la richesse des ressources locales pour améliorer leur niveau de vie d’agriculteur. Ils commencèrent à produire de la faïence comme à Varages, mais après la Révolution, le marché de la faïence diminue progressivement. Salernes se reconvertit dans la fabrication par la terre cuite. Ainsi à partir des années 1830, des dizaines de petits ateliers se sont créés sur le territoire : fabriquant des tuiles, des briques, des tuyaux, des malons et des poteries utilitaires, pour les besoins locaux.

Cependant, la qualité exceptionnelle des gisements d’argile de Salernes - argile rouge ferrugineuse - a poussé les fabricants de Salernes à se spécialiser dans la fabrication d’un mono-produit : le malon hexagonal rouge appelé tomette24.

1850 : Une activité prospère, la « Tomette de Salernes »

Fabrique de tomettes provençales de Salernes dans les années 1930.

Dès 1850, cette activité a pris une ampleur considérable. Plus qu’une simple activité artisanale, la céramique devient très tôt une activité commerciale, fer de lance de l’économie du pays. Pour répondre à la demande extérieure toujours plus importante, de nouvelles fabriques se sont construites et les petits ateliers implantés çà et là à Salernes, ont été agrandis. Ainsi le quartier de Saint-Romain apparaît. La tomette est un matériau léger et d’une grande résistance qui a conquis le marché du bâtiment. La tomette est un ancien carreau utilisé pour faire le parterre dans une ancienne maison, style toulousaine. Avec l’expansion des constructions du littoral, les commandes de tomettes abondent. Les fabriques de Salernes alimentent les magasins des négociants de Toulon - Marseille et Nice.

Les produits sont exportés en Afrique du Nord, Afrique du Sud, Italie, en Amérique, ils transitent par les ports de Toulon et Marseille. On fait appel à une main-d’œuvre étrangère pour assurer la production, l’activité reste cependant saisonnière.

L’industrie de la tomette a connu de grandes périodes de gloire tout au long du xixe siècle. Malgré les crises économiques, les guerres, la concurrence des produits étrangers, l’activité céramique s’est maintenue jusque dans les années 1950. Elle s’est ainsi transmise de génération en génération, sans que l’on puisse noter de grands changements.

1950 : Vers un nouvel essor

Dès 1950, de nouveaux produits apparaissent sur le marché : grès - granito - linoléum. Ces derniers sont des concurrents directs de la tomette.

Après la Seconde Guerre mondiale, la tomette est utilisée pour la reconstruction des maisons : exemple le port de Toulon.

La tomette reste un produit peu coûteux que l’on emploie pour les constructions HLM du Sud de la France et d’Afrique du Nord.

On constate cependant que la tomette a vieilli, le consommateur a envie de produits nouveaux. Le déclin de l’industrie céramique est annoncé, des fabriques ferment. À partir des années 1960, les céramistes se sont adaptés aux nouvelles demandes du marché. Salernes invente le « carreau rustique » aux formes et couleurs variées. Trèfles - mauresques - fleurs de lys, inondent le marché.

Dès 1970, l’activité céramique de Salernes prend un nouvel essor.

Salernes ne produit plus seulement des carreaux en terre cuite brute. Les céramistes introduisent l’émail et le décor ainsi que les supports en lave émaillée. Le carreau devient un élément esthétique et non plus un simple revêtement de protection.

De nos jours, 15 céramistes et 15 potiers perpétuent la tradition céramique à SalernesLa commune, soucieuse du devenir économique de sa ville, s’est investie dans un projet de « Maison de la Céramique Architecturale » Terra Rossa pour promouvoir la filière carrelage et art de la maison. Cette structure rend hommage aux générations de céramistes qui se sont succédé. Elle se doit de devenir l’élément clef pour transmettre le savoir, maintenir et développer la création, la production, la communication

Découvrez le Musée consacré à la céramique

terrarossa

Musée de la céramique Terra Rossa, Salernes

QUARTIER LES LAUNES 83690 SALERNES